Logo préfècture région
DEAL GUYANE
Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

Présentation du Pont et état des lieux au 28/11/2009

publié le 13 janvier 2014

L’ouvrage

Le pont du Larivot est un VIPP construit entre 1974 et 1976. Il est long de 1225 mètres et se compose de 35 travées de 35 mètres. La portée de chaque travée est de 33,80 mètres. Ces dernières sont attelées par 5.

Cet ouvrage supporte une chaussée de 7 mètres et deux trottoirs d’un mètre. Le hourdis se compose de prédalles participantes d’épaisseur 12 cm surmontées d’un hourdis en béton armée d’épaisseur 10 cm coulé en place.

Chaque travée est constituée de trois poutres préfabriquées entretoisées sur appui et précontraintes par post tension.

L’ouvrage possède 34 piles. Chaque pile est composée d’un chevêtre massif (parallélépipède rectangle (9mx3,8mx2m) bétonné dans des coffrages perdus reposant sur 6 ou 8 pieux. Ces pieux sont des tubes acier de diamètre 660 mm, d’épaisseur 9 mm et sont inclinés d’un quart. Ils sont remplis de béton et armés jusqu’à 2 mètres sous le zéro hydrographique. Seuls, les chevêtres des piles 7 à 9 reposent sur 8 pieux.

Enfin les culées, situées sur chaque rive de la rivière de Cayenne, sont des chevêtres en béton armé fondés sur 24 pieux battus de 300 mm de diamètre.

Depuis sa construction en 1976 jusqu’en 2008

Depuis sa construction, la DDE a entrepris de nombreuses campagnes d’inspections. En effet, on peut résumer dans le tableau suivant les actions de surveillance entreprises par la DDE de Guyane :

Année de réalisation Type d’intervention
1977 Inspection détaillée initiale réalisée par le CETE
1978 Inspection détaillée par le CETE
1981 Inspection détaillée réalisée par la DDE 973
1983 Inspection détaillée par le CETE
1985 Recalcul de la portance de l’ouvrage pour des TE de 152 tonnes
1989 Inspection détaillée par le CETE
Inspection gammagraphique pour connaître l’état de la précontrainte par le CETE
Examen de la protection anti corrosion des pieux par le CETE
1990 Inspection détaillée suite à la percussion par un chaland par le CETE.
Etude de réparation par le CETE et la DDE 973.
1992 Remplacement la poutre endommagée
1993 Inspection physico chimique de l’eau préparatoires à une inspections détaillées des parties immergées par le CETE
1994 Inspection détaillée des parties immergées par le CETE
1995 Contrôle gammagraphique de la précontrainte par le CETE
1997 Inspection détaillée par le CETE
1998 Mission Guyane du 2 au 9 Mars visite et diagnostic ouvrage d’art
2000 Etude pour la pose d’une canalisation d’eau par la DDE dont levé topologique
Inspection type IQOA réalisée par la DDE 973
2002 Pose de la canalisation d’eau
2003 Inspection détaillée par le CETEM
2005 Inspection IQOA
2006 Inspection détaillée des pieux par le LREP
2007 Inspection SEE suite à l’incident des crevettiers en décembre

Inspection détaillée de 2008 et création d’un comité d’expert

A la suite de l’accident des crevettiers de décembre 2007 une inspection détaillée de l’ouvrage est commandée au CETE et réalisé en février 2008.

En réponse au rapport d’inspection d’octobre 2008, un courrier daté du 16 octobre 2008 de la DDE de Guyane demande la création d’un comité d’expert afin d’être assisté dans la conduite à tenir pour assurer au mieux la gestion de l’ouvrage. Ce comité est crée le 4 Mars 2009 par décision ministérielle. Ce comité se réunit le 16 Mars 2009.

Plusieurs décisions sont prises :

Un programme d’investigation complémentaire est réalisé afin de mieux cerner les désordres de l’ouvrage.

Une surveillance renforcée est mise en place. Elle conduit à l’inspection visuelle des pieux et des poutres de l’ouvrage les 9 Avril et 25 Mai 2009. Une inspection visuelle de l’extrados de l’ouvrage est maintenant réalisée de manière mensuelle.

En réponse au rapport d’inspection d’octobre 2008, le comité d’expert lance les études pour les réparations du tablier et des piles du Larivot. Ces études sont achevés et soumises à appréciation du comité d’expert en Octobre 2009.

En Octobre 2009, le programme d’investigation complémentaire est lancée et va durer jusqu’au 19 Décembre 2009. Il se déroulera sous alternat de circulation en dehors des heures de pointe.

Détection de l’affaissement et mesures d’urgence

Les investigations complémentaire demandées par le comité d’expert ont débuté le 22 Octobre 2009. Au cours de ces investigations, la DDE de Guyane et le LRPC de Blois ont remarqué un flache assez important sur le coté amont de la pile 13.

Afin de mieux mesurer l’ampleur et l’évolution de l’affaissement, une étude topographique a été commandée par la DDE de Guyane afin de comparer les niveaux actuels aux niveaux d’un levé datant de 2000.

A la communication des résultats par le cabinet de géomètre, la DDE de Guyane a immédiatement mis en alerte, le CETE de Rouen et le secrétaire du comité technique. Plusieurs actions ont alors été entreprises par la DDE de Guyane en collaboration avec le CETE.

Plusieurs inspections visuelles ont lieu à l’aide d’une passerelle négative au niveau du chevêtre de la pile 13. Aucune fissure n’est observée.

Le 20 Novembre un suivi topologique quotidien est commandé. Aucune évolution du tassement de la pile n’est observé.

Les plongeurs interviennent le mercredi 25 Novembre. Leurs résultats montrent qu’un pieux de la pile 13 est cassé. A la suite de cette information la DDE de Guyane, met en place un suivi topologique horaire et la voie aval du pont du Larivot est neutralisée au niveau des travées 13 et 14 par la mise en place d’un alternat de circulation. L’objectif est de limiter la surcharge sur l’affaissement de la pile 13. A 21h00, après plusieurs consultation avec les expert du réseau technique du ministère et en accord avec la préfecture, le pont du Larivot est coupé à la circulation.

Le SETRA et le CETE sont immédiatement mobilisés, le CNPS est alerté afin de pouvoir trouver une solution technique adéquate pour la remise en service de la pile 13.

Dans le même temps, des entreprises opérant en Guyane ont été sollicitées afin de faire l’inventaire des moyens d’actions disponibles sur place. Ces dernières se tiennent donc prêtes pour la réalisation des travaux de réparation.

Cliquez sur les photos pour les agrandir