Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, fleuves, littoral, police de l’eau

Les macro invertébrés aquatiques

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 janvier 2018

Les macro invertébrés benthiques désignent des organismes aquatiques visibles à l’œil nu qui vivent sur le fond du lit des rivières. Ils sont définis comme des animaux dépourvus de squelette d’os ou de cartilage dont une partie au moins du cycle de vie s’effectue dans le milieu aquatique. Nombre d’invertébrés aquatiques sont des insectes au stade larvaire, comme les phryganes, les éphémères, les libellules, les moustiques ou encore les chironomes. On y trouve également beaucoup d’autres invertébrés comme des crustacés, des vers, des mollusques.

Ils forment un groupe d’animaux extrêmement variés, mais souvent peu visibles. Toutefois, bien qu’on les remarque peu, ils jouent un rôle essentiel dans les écosystèmes aquatiques. Sans eux, la rivière telle que nous la connaissons n’existerait pas. Par exemple, les insectes aquatiques recyclent des nutriments dans la rivière. Ils consomment des bactéries ainsi que des matières mortes et en décomposition, puis ils sont à leur tour une source d’alimentation pour d’autres animaux et pour certaines plantes. Les invertébrés aquatiques ont donc des habitudes alimentaires très variées, depuis les détritivores [1] et les filtreurs jusqu’aux herbivores et aux prédateurs.

Les invertébrés aquatiques font partie des bioindicateurs utilisés dans le cadre de la DCE. En effet, ils sont utilisés à cet effet depuis une quinzaine d’années. Cependant, malgré une utilisation relativement courante dans le domaine de la bio-­indication, les invertébrés aquatiques demeurent encore peu connus, en raison d’un manque de connaissances taxonomiques et écologiques. Ainsi, ces connaissances limitées ne permettent pas une identification au-delà du niveau taxonomique familial, à l’exception des éphéméroptères identifiés au niveau générique. Les derniers travaux d’envergure menés sur ce groupe remontent aux années 2000 (Thomas et al., 2001).

Afin de combler ce manque de connaissances, un programme nommé DIAG (Diversité et écologie des Invertébrés Aquatiques de Guyane) a vu le jour en 2016 piloté par Hydreco et financé par la DEAL et l’Office de l’Eau de Guyane. L’objectif est l’actualisation des connaissances sur les invertébrés en organisant la venue de spécialistes de renommée internationale référents des groupes Ephéméroptères, Coléoptères et Hétéroptères.

Les 1ers résultats ont d’ores et déjà mis en évidence 17 nouveaux taxons pour la Guyane. D’autres identifications sont encore en cours, et des publications scientifiques à venir appuieront ces résultats. Dans la continuité de ce projet, un projet d’atlas sur des invertébrés aquatiques de Guyane est prévu en 2018-2019 en collaboration avec l’AFB et l’OEG.

[1Les détritivores ou détritiphages sont des êtres vivants, essentiellement des bactéries, champignons et invertébrés, qui se nourrissent de débris animaux, végétaux ou fongiques qui sont des excrétats, excréments ou font partie de la nécromasse.