Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, fleuves, littoral, police de l’eau

Les Petites Masses d’Eau

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 20 juillet 2017 (modifié le 21 juillet 2017)

Les petites masses d’eau (PME) sont des cours d’eau de faible profondeur (rarement supérieure à 1m) et de faible largeur (inférieure à 10m) [1]. Ce type de masses d’eau représente plus de 80% du linéaire total du réseau hydrographique guyanais et est particulièrement soumis à la pression de l’orpaillage.

Un partenariat entre la DEAL, le Parc Amazonien et le laboratoire HYDRECO a permis la réalisation d’un programme de recherche de 2010 à 2015 concernant l’étude de ces milieux aquatiques en têtes de basins versants. Deux thèses relatives aux poissons et aux invertébrés aquatiques ont été menées.

L’étude des relations entre l’habitat et les communautés aquatiques en milieu non perturbé a permis de caractériser les effets des activités anthropiques, principalement l’orpaillage et l’exploitation forestière, et la définition d’indicateurs de qualité biologique.

Ces milieux présentent une très grande diversité typologique, et les connaissances y étaient fragmentaires, tant en ce qui concerne leur typologie que la faune qui y vit et leur fonctionnement écologique. Ils hébergent une grande richesse biologique ainsi que des espèces souvent endémiques des bassins ou sous-bassins, alors que les grands cours d’eau offrent une faune moins spécifique.

crédit Deal GuyaneLa surveillance de ces masses d’eau, prévue par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE), nécessite un suivi spécifique que ce programme de recherche a permis de développer. Deux bio-indicateurs et des protocoles de prélèvements associés ont ainsi été créés, spécifiques aux invertébrés aquatiques et aux poissons des PME.

De nombreux partenaires locaux et internationaux, scientifiques et techniques, ont été associés au projet : CNRS, INRA, IRD, ONF, ECOLAB, AFB (anciennement ONEMA), université de Toulouse, université du Suriname, et l’ISRA, un Institut de Recherche Italien.

[1Ils correspondent aux rangs de Strahler 1 à 4